15% de réduction dès 3 modules achetés

Quelques principes à retenir sur les ouvrages de soutènement

Quelques principes à retenir sur les ouvrages de soutènement

Indispensables pour la protection de construction, la sécurité des usagers, la délimitation de terrains, ou encore le soutien de matières pulvérulentes, les ouvrages de soutènement répondent à divers besoins. Leur réalisation doit cependant répondre aux normes de sécurité et de construction en vigueur. 

Qu’est-ce qu’un ouvrage de soutènement ?

Les ouvrages de soutènement sont des structures permettant de créer une dénivellation entre les terres situées à l’amont, et le terrain en aval de l’ouvrage. Appelés aussi murs de soutènement, ils ont pour principale fonction de contenir les terres sur la surface en amont de l’ouvrage, grâce à leur structure en pierres, en briques, parfois en béton armé ou en acier.

Dans tous les cas, les ouvrages de soutènement doivent être assez solides pour résister aux multiples pressions qui vont peser sur eux. Pour cela, ils doivent comprendre une fondation solide et un mur autostable dont la construction est minutieusement calculée pour pouvoir contenir les matériaux en amont.

À quoi servent les ouvrages de soutènement ?

Un mur de soutènement possède de multiples fonctions. Il sert entre autres à :

  • Protéger une construction, par exemple une habitation ou une route, des risques d’éboulements, de glissements de terrain ou d’érosion ;
  • Installer une délimitation d’un terrain, une clôture ou un mur antibruit ;
  • Structurer une berge naturelle pour avoir un quai ;
  • Créer une zone cultivable, notamment dans le cas des cultures en terrasses ou d’un massif de fleurs à l’horizontale ;
  • Construire des parkings souterrains ou des fondations (notamment d’édifices de grande hauteur).

Comment concevoir un ouvrage de soutènement ?

La mise en place d’un ouvrage de soutènement doit respecter les règles pour éviter tout risque d’effondrement.

Étudiez la nature du sol

Tout commence par une étude du sol, car le mur de soutènement doit être assez solide pour supporter la pression des matériaux à soutenir. Justement, la nature du sol joue un rôle dans le niveau de pression exercée sur le mur ; ainsi un sol composé d’argile, de tourbe ou de vase sera beaucoup plus lourd et exercera une plus grande pression, surtout qu’il sera capable de retenir plus longtemps les eaux (de pluie par exemple).

Installez un bon système de drainage

Vous devrez aussi prendre en compte le drainage. En effet, en période de fortes pluies, l’eau accumulée peut décupler la poussée venant du sol en amont du mur de soutènement. La solution serait d’assurer une bonne évacuation de l’eau grâce aux matériaux du mur ou en utilisant un sol bien drainant comme remblai.

Choisissez les bons matériaux

Plusieurs choix s’offrent à vous quant au matériau à utiliser pour votre ouvrage de soutènement. Le plus utilisé est la pierre. De petites tailles, elles sont souvent retenues grâce à un gabion renforçant la solidité du mur. Les pierres sèches quant à elles sont simplement empilées pour former le mur de soutènement. Vous pouvez aussi opter pour du béton avec une structure en L ou en T renversé. Très pratique, ce type de mur préfabriqué ne nécessite pas de travaux de maçonnerie, mais vous devrez vous aider d’une pelle mécanique pour préparer le terrain et remblayer par la suite. Pour les aménagements paysagers en terrasse, vous avez également les murs de sable végétalisé. Disposé en escaliers dans des sacs, le sable maintient le terrain qui servira souvent à de la culture. Vous pouvez aussi y mettre du terreau si vous souhaitez végétaliser le mur.

Utilisez la bonne technique de construction

Vous devrez également choisir avec soin la technique de construction pour votre ouvrage de soutènement. Le type de mur de soutènement idéal utilise des matériaux et des techniques spécifiques.

Par exemple, le mur de soutènement autostable est érigé avec du béton armé ou du parpaing. Il s’ancre sur une base horizontale et dessine un T inversé ou un L pour que les terres en aval fassent contrepoids avec les terres en amont. Le mur poids, quant à lui, soutient la pression exercée grâce à son épaisseur et sa solidité, surtout à la base.

FAQ

Question : Quelle est la hauteur idéale d’un mur de soutènement ?

Réponse : Selon les normes en vigueur, un mur de soutènement ne devrait pas excéder les quatre mètres de haut. Il en va de même de la pente du terrain : l’ouvrage de soutènement ne devrait pas être construit sur un terrain en pente de plus de 10°.

Question : Peut-on ériger un ouvrage de soutènement provisoire ?

Réponse : Oui, c’est possible. Cette technique est même recommandée dans les projets d’aménagements urbains où le chantier devra être sécurisé. Pour cela, on utilise des murs de soutènement avec une paroi berlinoise ou une paroi parisienne.

Secbtp - calcul de structure en BTP

Article précédent
Article suivant
Fermer (esc)

Newsletter

Restez au courant de nos dernières actualités et recevez nos offres promotionnelles en vous abonnant à notre newsletter.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique